unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Force et douceur du Christ

 

 

 

Force et douceur du Christ
 

« Venez à moi car je suis doux et humble de cœur ! » Il y a dans la religion chrétienne une promesse de douceur. Ce n’est pas la société des hommes, ni même la communauté chrétienne qui seraient douces mais le Christ et la relation avec Dieu qu’Il nous propose.


Pourtant les religions ont une première affirmation autour de la force. Une large part du sentiment religieux de l’humanité est née et s’appuie sur la crainte qu’inspire la puissance des éléments. La puissance est admirée, adulée, idolâtrée. Chez les hommes, hier comme aujourd’hui, la religion est souvent une adoration de la force. Ainsi le Tsunami de 2006 a-t-il été perçu par bien des populations victimes de celui-ci comme une manifestation de la divinité à laquelle il fallait se soumettre sans se poser de question.

Telle religion n’assoie-t-elle pas son autorité sur la rapidité de son expansion territoriale, fut-elle acquise par la force militaire ?  Telle puissance politique ne réclame-t-elle pas un assentiment intérieur des personnes qui lui sont soumises en raison de sa seule prééminence ?
Le goût de la force, l’adoration de la puissance n’est pas sans conséquence. La personne et la société qui recherchent cette force construiront une culture fondée sur la violence. La force sera tenue pour bonne sans que l’on cherche à savoir si elle est juste. Pascal disait : ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait (ou considéré) que ce qui est fort fût juste.

La religion chrétienne ne refuse pas de considérer la puissance de Dieu. Nous confessons notre foi dans le « Père tout-puissant ». Toutefois, à travers la Croix de Jésus, la puissance divine connaît une profonde conversion et une religion où le Dieu tout-puissant n’est pas passé par le mystère de la Croix court le risque de n’être qu’une adoration de la force brutale.

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

Jésus s’est méfié des actes de puissance qu’on lui a demandé de poser. Certes, Il a guéri des malades, multiplié les pains, apaisé la tempête, ressuscité des morts etc. Il a aussi refusé de le faire un certain nombre de fois. Ces signes-là n’étaient pas pour eux-mêmes mais au service d’une intériorité que Jésus voulait manifester : « pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir sur terre de pardonner les péchés, il dit au paralytique : lève-toi et marche ! » La puissance divine de Jésus se distingue parce qu’elle est au service du pardon et de la paix, au service de l’amour et de la vie.

Pourtant, Jésus n’est pas un apôtre de la faiblesse. Il vient soulager l’humanité du fardeau qui l’écrase. Il Lui faut donc être fort. Ce fardeau est celui de la mort morale du péché comme de la mort physique. Il vient « consoler son peuple » de sa tristesse, « retirer le voile de deuil qui couvrait toute les Nations », « donner la vie en abondance. » Pour cela, Il agit avec force et puissance mais pas avec violence. St Jean dans son Evangile n’a pas écrit : au commencement, était la force, mais au commencement, était le Verbe ; Il précise dans sa 1ere lettre en disant « Dieu est amour ». Jésus est fort en portant la croix, en souffrant sur la croix, en pardonnant par la croix. La Croix absorbe la violence de l’humanité et nous manifeste l’authentique puissance de Dieu qui est douceur et humilité. Cette douceur et cette humilité sont la parole, le verbe authentique d’un Dieu d’amour qui renverse le fardeau de la mort et du péché pour ouvrir les hommes à l’amour, pour offrir aux hommes la vie éternelle. La puissance divine que la résurrection exprime est tout, sauf une puissance de vengeance, de destruction ou de soumission. La résurrection est vie, joie et paix pour tous.  

Sachons reconnaître dans l’Eucharistie ce Christ doux et humble qui vient nous procurer le repos que nous désirons et accueillons sa force qui nous permettra de partager sa douceur maintenant et dans les siècles des siècles. 

 
Mise en ligne le Lundi 23 Janvier, 2017