unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Homme augmenté ou Vie éternelle ?

 

 

 

Homme augmenté ou Vie éternelle ?
 

L’Ascension nous invite à savoir ce que nous voulons vivre. Voulons-nous vivre ou mourir ? Voulons-nous vivre dans la plénitude de la vie divine ou prolonger notre existence ici-bas le plus possible ?

La question n’est pas seulement théorique. Sous le vocable de trans-humanisme, certains se proposent de faire un homme augmenté : voici ce qu’en disait la Presse il y a quelques semaines : Il voit plus loin et dans le noir, ne connaît pas la fatigue, vieillit moins vite, ne se brise pas le col du fémur en glissant sur une plaque de verglas et ne risque pas de développer une maladie neuro-dégénérative. L’homme de demain sera « augmenté ». Grâce au progrès technique, ses capacités mentales et ses physiques seront démultipliées. Il pourrait vivre en bonne santé plusieurs siècles ! Pour les transhumanistes, « l’Homme qui valait trois milliards » est même peut-être déjà né…


Le Verbe Eternel aurait-il manqué la Création ? La définition de l’homme, au sens où Dieu l’a établie, tient-elle de ses capacités physiques ou intellectuelles ou n’est-elle pas fondée sur sa capacité spirituelle ? Le trans-humanisme arrivera à augmenter l’espérance et la qualité de vie (de quelques milliardaires), mais est-il capable d’honorer la dimension spirituelle de l’homme ? Est-il porté par l’amour de la vérité ou par l’orgueil de la richesse ? N’est-il pas une négation de l’homme en l’enfermant sur ce qui est transitoire, cette existence ici-bas et en le détournant de sa vocation céleste ?


Le Verbe éternel aurait-il manqué son Incarnation ? N’aurait-il pas mieux valu qu’il  revoie sa copie plutôt que de rejoindre une nature déchue ? N’aurait-il pas mieux fait d’anticiper les désirs du trans-humanisme pour offrir à tous les joies de siècles sur terre ? N’oublions pas que le Verbe de Dieu est venu prendre chez nous ce qu’Il n’avait pas pour donner aux hommes ce que nous nous n’avions pas, l’éternité. Quelle valeur accordons-nous alors à la divinisation de l’humanité ?

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 


Jésus a fait de nous les fils et les filles adoptifs de Dieu ; notre héritage n’est pas une prothèse de hanche inoxydable, une acuité visuelle de télescope ou un ADN modifié ; nous sommes, dans et par la foi, cohéritiers avec le Christ, appelés à la gloire divine.
Enfin, le Verbe Eternel devait-il vraiment se sacrifier pour sauver l’humanité de la mort alors qu’une petite réparation génétique eût suffit ? Le Seigneur aurait-il écrasé une mouche avec une enclume ? Manifestement, le trans-humanisme ne mesure pas la faille spirituelle qui est au cœur de l’homme que seul l’amour de Dieu est capable de restaurer et de combler. Le sacrifice du Christ, total, définitif, irrévocable, inconditionnel est le seul à exprimer cet amour salvateur. Le transhumanisme apportera peut-être des progrès à la médecine mais  il est un recul du sens de l’humanité. Le trans-humanisme est en fait impuissant à rendre à l’homme la joie de la vie que seule la rencontre avec le Christ-Ressuscité, vrai Dieu et vrai homme, peut nous procurer.

Que cette Eucharistie où le Seigneur nous fait le don total, irrévocable de son humanité et de sa divinité nous aide à vivre paisiblement notre condition présente, à croire fermement en notre vocation divine et à nous réjouir de l’héritage qui nous est promis : la vie éternelle.

 
Mise en ligne le Jeudi 17 Mai, 2018