unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Noël, c'est aujourd'hui !

 

 

 

Noël, c'est aujourd'hui !
 


Quel sens peuvent encore avoir les célébrations de Noël dans notre société ? Quel sens a Noël dans notre société hyper connectée ? Quel sens a Noël à l’heure où notre pays est traversé de tensions sociales ?

Noël peut être célébré de bien des manières, plus ou moins fidèles à son message. Il est possible de négliger le sens de Noël, voire même de stériliser sa valeur spirituelle, en l’enfermant dans ce que Noël n’est pas. Noël serait réduit à une fête dont on tairait le nom, à un conte pour enfants sans pertinence pour les adultes. Noël serait transformé en une magie qui nous évaderait un moment des duretés de ce temps, précaire refuge contre les ombres de notre temps. Noël pourrait n’être aussi qu’une nostalgie de notre propre enfance, moment où l’on cultiverait le souvenir du monde d’hier. Si Noël est une fête, si l’enfance est honorée, si le souvenir des Noëls d’hier est bien naturel, ce ne peut être le but de notre célébration aujourd’hui.
Aujourd’hui, le Verbe est né. Aujourd’hui, la célébration du Mystère de la Naissance du Christ vient éclairer notre situation présente, notre actualité. Aujourd’hui, la célébration de la Naissance du Sauveur nous offre un avenir. C’est la possibilité d’un commencement plein de fraicheur, c’est le cadeau que Dieu nous fait de toujours pouvoir recommencer, au milieu de nos difficultés les plus sombres, à bâtir un monde de justice et de paix. Noël est une espérance pour les petits et les grands !
A Noël, Dieu se présente à nous comme un enfant. Un enfant, c’est en latin, l’in-fans, celui qui ne parle pas. Suprême paradoxe de la foi chrétienne ! La Parole de Dieu, le Verbe éternel se fait homme et commence par être enfant, sans parole. Le Verbe éternel commence par se taire pour écouter. La Parole de Dieu, la Sagesse éternelle va apprendre les mots des hommes. Ce n’est qu’ensuite, ayant reçu des hommes leurs mots, leurs manières, leurs coutumes qu’Il va leur annoncer la Bonne Nouvelle de Dieu. Pour se connecter à l’humanité, Dieu emprunte un chemin de silence.

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

Célébrer Noël réclame de nous de nous appauvrir de nos verbiages, de nos bavardages, d’apprendre à nous taire pour écouter les autres. Que nous n’attendions pas seulement des autres qu’ils nous écoutent mais que chacun offre à l’autre une écoute sincère, que nous n’imaginions pas trop vite ce que les autres sont ou veulent dire. Cela devrait éviter de chercher à crier pour nous faire entendre. Cela nous invite à chercher les mots justes, les gestes appropriés pour bien dire, inventer les langages qui tissent des liens.
A Noël, Le Tout-Puissant, le Pantocrator se fait faible nourrisson, dépendant. Toujours, ce paradoxe chrétien où Dieu ne dédaigne pas la fragilité et cette fragilité vécue jusqu’au bout transformera notre monde. Aujourd’hui, nos rapports humains, nos rapports sociaux sont souvent des rapports de force et la violence, dans ses diverses expressions, n’est pas absente de ces rapports. Il y a des pouvoirs, des contre-pouvoirs. Contre les institutions, certains groupes font montre de leur pouvoir de nuisance et d’autres renchérissent du leur.
Célébrer Noël nous engage à réfléchir sur l’exercice de la force et du pouvoir. Sommes-nous à faire sentir notre pouvoir sur les autres ? Oserons-nous renoncer aux égoïsmes de notre puissance ? Croyons-nous que la puissance véritable se fait autorité pour la croissance des personnes, capacité de faire confiance, protection contre l’injustice, service pour construire et transmettre ? La puissance qui vient de Dieu est toujours au service de la vie.

Espérance, écoute, fragilité expriment le mystère de Noël que nous célébrons en Eglise. Que cette Eucharistie où l’Enfant couché dans la mangeoire de la Crèche se fait pain et vin de la fête nous aide à renaître.  Qu’Il nous apprenne à écouter avant de parler et qu’Il nous donne soin de toutes les fragilités. C’est ainsi que nous vivrons un Joyeux Noël.

 
Mise en ligne le lundi 7 janvier
 
Vendredi 11 Janvier, 2019