unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies > Dépasser la violence

 

 

 

Dépasser la violence

 

« Qui pourrait demeurer impuni après avoir porté la main sur celui qui a reçu l’onction du Seigneur ? » Le livre de Samuel est un petit traité de philosophie politique, la Bible tout entière nous apprend à vivre ensemble et à dépasser la violence dans nos rapports sociaux. La pédagogie de Dieu s’inscrit dans la durée.
« Qui pourrait demeurer impuni après avoir porté la main sur celui qui a reçu l’onction du Seigneur ? » Dans une époque brutale, la loi du plus fort s’impose. Détiendra le pouvoir celui qui sera et restera le plus fort. Nos révolutions ne sont qu’un mode de déploiement de cette violence. Le conflit entre le roi Saül, consacré par le prophète Samuel et David qui est appelé par Dieu à lui succéder permet d’établir des limites à la violence. Saül même fautif, même désavoué, reste le roi légitime d’Israël. Ce n’est pas lui qui le dit, ni même Samuel, c’est David son adversaire et futur roi. Alors qu’une mystérieuse faveur lui permettait de se débarrasser par la violence de son adversaire très injuste avec lui, il refuse la tentation de cette facilité. « Qui pourrait demeurer impuni après avoir porté la main sur celui qui a reçu l’onction du Seigneur ? » En effet, Saül est marqué d’une onction plus grande que lui-même et qui s’impose à tous. David craint d’offenser Dieu en méprisant cette légitimité. Il fait confiance à Dieu pour l’accomplissement de sa promesse royale. Le respect des autorités légitimes est une des modalités de dépassement de la violence qui habite le cœur de l’homme. Sortir de la violence suppose de la refuser quand elle serait à notre bénéfice.
David appela Saül et lui cria : « Le Seigneur rendra à chacun selon sa justice et sa fidélité. » L’injustice du détenteur de la légitimité n’est pas pour autant bénie. David signale pacifiquement son désaccord à son adversaire. Mais il renvoie le règlement du conflit à la source de la légitimité. Dans la monarchie biblique, cette source est en Dieu. Aujourd’hui, la source de la légitimité est la souveraineté populaire, régulièrement convoquée et exercée dans les élections. Ce mode d’expression doit nous libérer de la tentation de la violence et nous inviter à une expression patiente et confiante de nos désaccords.

 

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 


« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. » Le Christ va plus loin. Le dépassement de la violence est accompli par le Christ. Son propos ne s’applique pas à la politique mais il a une portée sociétale. Il est, par excellence, celui qui a reçu l’onction du Seigneur. Pourtant,  malgré que l’on ait porté la main sur Lui, Il est devenu bénédiction de Dieu pour les hommes. Il révèle le cœur de Dieu qui est amour et miséricorde, « Il fait pleuvoir sur les bons et sur les méchants. » La mesure que le Christ a utilisée pour nous est celle qu’Il nous propose d’adopter pour nos rapports les uns avec les autres. Quand on vit l’idéal chrétien de douceur et de pardon, on laisse l’Esprit de Dieu s’introduire dans notre cœur. C’est Lui qui donne la  lumière pour voir, la force pour agir et la joie de donner sans compter. C’est ainsi qu’on reçoit « un cœur nouveau et un esprit nouveau. » 
Que cette Eucharistie où le Christ, Celui qui a reçu l’onction du Seigneur, se donne aux pécheurs que nous sommes nous aide à donner et pardonner, c’est ainsi que notre récompense sera grande dès maintenant et dans les siècles des siècles.

 
Mise en ligne le 7 février