unité pastorale

St Sernin | ND du Taur | St Hilaire St Pierre

 

La Paroisse Catholique > Fortifier sa foi > Les homélies du Diacre > la foi et les oeuvres pour suivre le Christ

 

 

 

La foi et les oeuvres pour suivre le Christ

 

« Assez de paroles, des actes ! ». « Les paroles passent, les actes restent ! ». Voici des expressions entendues plus d’une fois. Ainsi, il serait légitime de séparer paroles et actes. Ceci apparaît fort contestable. Tout d’abord, les paroles ne sont pas à minimiser. Les paroles peuvent blesser, humilier mais aussi réconforter, diriger, accompagner, dire l’amitié et l’amour. Elles peuvent être également incomprises. C’est indéniablement ce qui se passe avec Pierre qui réprimande Jésus après que celui-ci ait annoncé sa Passion et sa Résurrection. Le christianisme a connu de fortes controverses sur le point de savoir si les actions, les oeuvres, étaient un élément constitutif de la foi en les paroles des évangiles. Réagissant aux abus liés aux indulgences distribuées contre monnaie sonnante et trébuchante au début du XVIe siècle, Luther a clairement dissocié foi et œuvres. Sola fede fut un de ses leitmotivs. Seule la foi sauve sans les œuvres. La foi catholique ne croit pas que l’on puisse dissocier les deux comme l’affirmait le réformateur allemand. Le chrétien ne fait pas des œuvres pour seulement gagner le salut mais parce qu’il cherche, parfois avec hésitation et maladresse, à suivre l’exemple du Seigneur en qui il a foi. Il souhaite participer au service que le Christ lui-même a initié. De ce point de vue, la lettre de Jacques paraît essentielle. « Le foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte. (…) Toi tu as la foi, moi j’ai les œuvres. Montre-moi donc ta foi sans les œuvres ; moi, c’est par mes œuvres que je te montrerai la foi ».
Nombre d’entre vous connaissent le chapitre 25 de l’évangile de Saint Mathieu. Combien est-il parlant !  « Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ! Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? Tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? Tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? Tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? Tu étais nu, et nous t’avons habillé ? Tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?” Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait” » (Mathieu, 25, 35-40).

 

Contacter un Prêtre
aller plus loin
Leur première homélie
  François
Benoit XVI
Jean-Paul II
Homélies du Curé de St-Sernin
  2017
2016
2015
2014
2013
Sur le web
  Homélies du Pape François, jour après jour
Une homélie
pour chaque jour de l'annee
Homélies du "Jour du Seigneur" sur France 2
 

Chacun d’entre nous est appelé à trouver son œuvre. Notre engagement ne doit pas dépasser notre capacité et nos possibilités car il risque alors de ne mener à rien, voire d’être contreproductif. Depuis mon ordination diaconale, j’ai pu prendre conscience combien l’engagement de chacun pouvait être important pour la vie d’une communauté, d’une association, d’une institution. Soutenus par la prière, par la lecture des écritures et de grands textes chrétiens, oeuvrons au service du Christ et de nos frères. Bien de personnes donnent de leur temps, de leur énergie, de leur bienveillance parce qu’ils s’ouvrent aux autres. Mais dans certains contextes, l’épreuve est au rendez-vous. « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même qu’il prenne sa croix et qu’il me suive ». Aussi, ne tirons aucune gloire de nos œuvres et méditons ce verset de l’évangile de Luc : « Quand vous avez fait ce qui vous était ordonné, dites : nous sommes des serviteurs quelconques. Nous avons seulement fait ce que nous devions faire » (Luc, 17, 10).

 

 
Mise en ligne le 15 octobre. 2018